Invitations à une présentation sur la volatilité boursière, un concours pour maximisez votre CELI et suivi des marchés

Paradmin

Invitations à une présentation sur la volatilité boursière, un concours pour maximisez votre CELI et suivi des marchés

Invitations à une présentation sur la volatilité boursière : composer avec le contexte mondial

La compagnie de fond IA Clarington offre une webémission en français sur la volatilité boursière avec les gestionnaires de portefeuille Sébastien Mc Mahon et Marc Gagnon d’iA Gestion de placements. Sébastien et Marc livreront leur analyse de la volatilité actuelle sur les marchés et expliqueront comment ils comptent gérer les risques et saisir les opportunités au cours des semaines et mois à venir. Vous aurez l’opportunité de poser des questions grâce au clavardage en direct.

La webémission aura lieu le mardi 5 avril de 18h30 à 19h. Vous pouvez ajouter la réunion à votre calendrier électronique en cliquant ici.

Un concours pour maximisez votre CELI par Fidelity

Fidelity croit aux bienfaits des conseils financiers et à l’influence positive que nous pouvons avoir sur le patrimoine de vos clients.

Songez aux CELI pour accroître votre épargne

Les investisseurs qui participent courent la chance de gagner 5 000 $ à investir dans leur CELI en vue de le maximiser.

Nous vous invitons à cliquer sur le lien du concours pour vous inscrire : fidelity.ca/concoursCELI

Les participants au concours recevront un exemplaire gratuit du Guide de l’investisseur sur les FNB simplifiés de Fidelity, qui explique comment travailler avec nous pour en apprendre davantage sur cette solution simple à guichet unique.

Le concours débute le 21 mars 2022 et prend fin le 23 mai 2022.

Suivi des marchés

États-Unis

Les principaux indices ont terminé en ordre dispersé sur la semaine, l’indice S&P 500 clôturant son meilleur mois depuis décembre, mais son pire trimestre depuis le début de 2020. Les actions sensibles aux variations cycliques ont sous-performé alors que les investisseurs s’attendent à un ralentissement de la croissance économique, les secteurs des services financiers et de l’industrie du S&P 500 étant parmi les perdants. Les attentes plus élevées en matière de taux d’intérêt ont eu un impact négatif sur le secteur des technologies de l’information, tandis que les secteurs généralement défensifs des biens de consommation de base et des services publics ont surperformé.

Le S&P 500 a enregistré un rendement impressionnant de 10 % par an depuis 1928, mais pas en ligne droite vers le haut, loin de là. Pour obtenir ce rendement de 10 %, un investisseur aurait dû subir un prélèvement intra-annuel médian de 13 % (voir ci-dessous).

Pour la première fois depuis 2019, la courbe des taux s’est inversée, le taux de l’obligation du Trésor américain à 2 ans ayant dépassé le rendement de l’obligation à 10 ans. Une telle inversion est un indicateur des préoccupations concernant les hausses de taux d’intérêt à court terme ainsi que la possibilité qu’une récession se profile à l’horizon.

Les données économiques : La semaine a apporté plusieurs rapports économiques étroitement surveillés, dont la plupart étaient conformes aux attentes. Parmi ceux-ci, le rapport de mars sur la masse salariale non agricole a démontré des gains d’emplois ont été quelque peu en dessous des attentes (431 000 contre 490 000 attendus), mais le taux de chômage a chuté un peu plus que prévu, à 3,6%.

D’autre part, la croissance mensuelle de la rémunération horaire moyenne a répondu aux attentes, à 0,4 %, tout comme la hausse mensuelle du revenu des consommateurs, à 0,5 %. Les dépenses personnelles, rapportées jeudi, n’ont augmenté que de 0,2%, soit moins que prévu et reflétant une possible réticence croissante à payer des prix plus élevés. Les offres d’emploi de février ont peu varié et se sont approchées de sommets records.

Taux de chômage américain (période de 25 ans) :

Sentiment des consommateurs : Au cours des 70 dernières années, la seule fois où le sentiment des consommateurs américains était aussi bas sans que les États-Unis soient en récession, c’était une brève période pendant le marché baissier de 2011 (août-septembre 2011). 32% des répondants à l’enquête de l’Université du Michigan ont déclaré qu’ils s’attendaient à ce que leur situation financière se détériore au cours de l’année à venir, le niveau le plus élevé jamais enregistré (l’enquête a commencé au milieu des années 1940).

Sentiment des consommateurs américains – Université du Michigan :

Inflation: Une mesure suivie par la Réserve fédérale américaine pour établir la politique monétaire a atteint son plus haut niveau annuel depuis 1983. Le gouvernement a annoncé jeudi que l’indice des prix des dépenses de consommation personnelle avait augmenté à 5,4%, hors prix des aliments et de l’énergie. En tenant compte de ces catégories généralement volatiles, l’inflation PCE était de 6,4%.

La trajectoire la plus possible des taux d’intérêt dans un an, sur la base des contrats à terme est très agressive. Trois hausses de 50 points de base lors des trois prochaines réunions, puis cinq hausses de 25 points de base jusqu’en 2023. À ce rythme, le taux directeur américain atteindra 2,75% d’ici 12 mois. La dernière fois que la Fed a relevé ses taux de 0%, elle n’avait pas pu atteindre un niveau supérieur à 2,25% (mais le cadre d’inflation n’était pas du tout le même) et il a fallu quatre ans pour arriver à ce niveau (et non un an). La hausse initiée en 2004 est le modèle le plus similaire à la situation actuelle (bien que chaque situation est différente). La Fed a relevé ses taux de 1,00% à 5,25% en deux ans à cette époque; vous connaissez la suite…

Trajectoire la plus probable des taux d’intérêt américains jusqu’en mars 2023 sur la base des prix des contrats à terme :

Pétrole : Le prix du baril de pétrole brut américain est passé sous le niveau de 100 $ vendredi, marquant une baisse hebdomadaire de plus de 11%. L’un des facteurs de la chute du pétrole par rapport à un récent sommet d’environ 130 dollars a été l’annonce jeudi par le président Biden que les États-Unis libéreraient jusqu’à 180 millions de barils de pétrole d’une réserve stratégique au cours des six prochains mois.

Prix du WTI au 3 avril 2022 :

Canada

L’indice composé S&P/TSX a terminé en hausse de 0,29 % pour clôturer la semaine à 21 952,95, faisant suite à un solide rapport sur l’emploi aux États-Unis et à la poursuite des pourparlers de paix entre la Russie et l’Ukraine. De plus, le sentiment intérieur s’est raffermi alors que l’indice PMI manufacturier du Canada a atteint un sommet de 58,9 en 11 ans et demi en mars. Les gains ont été principalement attribuables aux actions du secteur de l’énergie et des mines, en raison de la flambée des prix des produits de base, Peyto Exploration  (+6,8 %), Ero Copper (+6,4 %), Sandstorm (+5,3 %) et Oceana Gold (+5,1 %) étant en tête des gains. En revanche, l’industrie, les soins de santé et les biens de consommation de base ont pesé sur les marchés. Au cours de la semaine, la Bourse de Toronto a reculé de 0,24.

Le taux des obligations d’État canadiennes à 10 ans a grimpé à 2,432 %, se rapprochant à nouveau d’un sommet de plus de 3 ans de 2,54 % atteint en mars, alors que les attentes d’un resserrement plus agressif de la politique monétaire augmentent. Aux États-Unis, un rapport solide sur l’emploi et des anticipations d’inflation à la hausse ont renforcé les arguments en faveur d’une hausse des taux de 50 points de base de la Fed en mai. Pendant ce temps, la Banque du Canada devrait relever les taux d’intérêt de 50 points de base au cours de la réunion du 13 avril et de 200 à 220 points de base supplémentaires cette année.

L’économie canadienne a progressé de 0,2 % d’un mois à l’autre en janvier 2022, le huitième mois consécutif de croissance, comparativement à une hausse révisée à la hausse de 0,1 % en décembre et conforme aux attentes du marché. Les industries productrices de biens ont progressé de 0,8 %, principalement par la construction (2,8 %) et la production de services publics (4 %), les températures inférieures aux saisons dans l’Ouest canadien ayant augmenté la demande d’électricité et de gaz naturel à des fins de chauffage. Dans le même temps, les effets économiques de la propagation de la variante Omicron ont conduit les industries productrices de services à stagner en janvier, la forte croissance du commerce de gros (3,1%) et du commerce de détail (2,5%) ayant compensé la forte contraction des transports et du logement (-3%). Selon les données préliminaires, le PIB canadien pour février a probablement augmenté de 0,8 %

Europe

En Europe, les actions en Europe ont gagné du terrain au cours d’une semaine de négociation agitée, surmontant les inquiétudes concernant les perspectives macroéconomiques dans un contexte de forte inflation et d’invasion russe en cours de l’Ukraine. En monnaie locale, l’indice paneuropéen STOXX Europe 600 a progressé de 1,06%. L’indice DAX allemand a grimpé de 0,98%, l’indice CAC 40 français de 1,99% et l’indice FTSE MIB italien de 2,46%. L’indice FTSE 100 du Royaume-Uni a gagné 0,73%.

Les taux obligataires : Des données d’inflation plus élevées que prévu ont stimulé les attentes de nouvelles hausses des taux d’intérêt et ont fait grimper les taux obligataires. Cette décision s’est inversée alors que l’optimisme concernant les pourparlers de paix russo-ukrainiens s’est estompé et que l’économiste en chef de la Banque centrale européenne (BCE), Philip Lane, a déclaré que la BCE devrait être prête à réviser sa politique si les conditions macroéconomiques se détériorent de manière significative. Les taux des obligations d’État périphériques de la zone euro ont largement suivi les marchés de base. Les taux des gilts britanniques ont baissé en ligne avec les bons du Trésor américain, qui ont baissé en raison des tensions géopolitiques et des craintes d’une récession.

Inflation : Les estimations préliminaires ont montré que le taux d’inflation annuel de la zone euro a grimpé à un niveau record de 7,5% en mars, contre 5,9% en février. Cette hausse est principalement attribuable à la hausse des prix de l’énergie. Le taux de chômage est tombé à un creux record de 6,8% en février, alors que l’économie continuait de se remettre de la levée des confinements liés au coronavirus.

L’indicateur de confiance des consommateurs dans la zone euro a été confirmé à -18,7 en mars 2022, le niveau le plus bas depuis mai 2020 tiré vers le bas par la guerre en Ukraine. La baisse du moral reflète principalement l’effondrement des attentes des ménages quant à la situation économique générale de leur pays, mais aussi dans leurs évaluations de leur propre situation financière future, qui est tombée à un niveau historiquement bas. Les intentions des consommateurs de faire des achats importants et leur évaluation de leur situation financière passée se sont atténuées à leur plus bas niveau en 13 et 11 mois respectivement.

Au Royaume-Uni : L’économie britannique a connu une croissance plus rapide qu’anticipée lors du dernier trimestre de 2021; le taux d’expansion ayant été révisé à la hausse à 1,3% par rapport à l’estimation précédente de 1%. Cependant, l’augmentation est principalement due à l’activité liée au coronavirus dans le secteur de la santé. De plus, une enquête de l’Institut des administrateurs a montré que le climat des affaires s’est effondré en mars en raison de la détérioration des conditions économiques.

Asie

En Chine, le Shanghai Composite a augmenté de 0,94% pour clôturer à 3 283 tandis que le Shenzhen Component a bondi de 0,91% à 12 228 vendredi, effaçant les pertes de la séance précédente, sur les attentes de plus de relance économique après que les données ont montré que l’activité manufacturière de la Chine s’est effondrée à son plus bas niveau en deux ans.

L’indice PMI manufacturier général de Caixin chine est tombé à 48,1 en mars 2022, son plus bas niveau en 25 mois, contre 50,4 en février, manquant le consensus du marché de 50. La dernière impression a également été la seconde contraction de l’activité des usines depuis le début de l’année, dans un contexte de mesures visant à contenir les épidémies de COVID-19. La production et les nouvelles commandes ont diminué le plus depuis février 2020 et les ventes à l’exportation ont chuté au rythme le plus rapide en 22 mois. Pendant ce temps, les délais de livraison se sont allongés le plus depuis octobre dernier, dans un contexte de détérioration du transport mondial.

Par ailleurs, en ce qui concerne les prix, l’inflation des coûts des intrants et des extrants s’est accélérée pour atteindre un sommet de cinq mois. Enfin, la confiance était à son plus bas niveau en trois mois. «Divers facteurs résonnent, aggravant la pression à la baisse sur l’économie chinoise et soulignant le risque de stagflation », a déclaré le Dr Wang Zhe, économiste principal chez Caixin Insight Group.

À propos de l’auteur

admin administrator