Suivi des marchés et suivi de la COVID-19

Paradmin

Suivi des marchés et suivi de la COVID-19

Suivi des marchés

Pour une analyse détaillé de la situation en Ukraine et des historiques des conflits armées, nous vous invitons à lire notre article sur la situation en Ukraine.

États-Unis

Alors que la guerre éclatait entre la Russie et l’Ukraine, la semaine s’est terminée en territoire positif pour le S&P 500 et le NASDAQ; le Dow Jones étant essentiellement stable. Les actions ont fait un énorme revirement, chutant fortement jeudi matin alors que la Russie commençait son invasion, puis se redressant plus tard dans la journée et vendredi alors que les pays imposaient des sanctions économiques de plus en plus sévères contre la Russie.

Une journée de baisse pour les actions américaines mercredi a fait passer le ratio cours/bénéfice à terme du S&P500 à 18,5, en dessous de sa moyenne sur cinq ans pour la première fois depuis avril 2020, selon FactSet. Il est important de noter que le 3 janvier dernier, le S&P500 a clôturé à une valeur record de 4796,56 points et son ratio cours/bénéfice pour les 12 prochains mois était de 21,4. Du 3 janvier au 23 février (mercredi dernier), le cours du S&P500 a baissé de 11,9%, tandis que l’estimation du BPA anticipé pour les 12 prochains mois a augmenté de 2,3%. Ainsi, le principal facteur de la baisse du ratio P/E (ratio cours/bénéfice) peut être attribué à la baisse du « P » (le cours) depuis le 3 janvier.

En date de vendredi le 25 février, le ratio cours/bénéfice à terme du S&P500 était de 19,2.

Inflation : Une mesure de l’inflation que la Réserve fédérale américaine utilise pour aider à établir la politique monétaire a grimpé au taux mensuel le plus élevé depuis 1983. Le gouvernement a déclaré vendredi que l’indice des prix des dépenses de consommation personnelle de base avait augmenté à un taux annuel de 5,2% en janvier. Le même rapport a montré que les dépenses de consommation ont augmenté de 2,1%.

Pétrole : Le prix du pétrole brut américain a brièvement dépassé 100 $ le baril jeudi matin dernier, la première fois que ce seuil est atteint depuis 2014. Le pic est survenu dans les heures qui ont suivi le déclenchement de la guerre russo-ukrainienne, et le prix a reculé plus tard dans la journée avant de terminer la semaine, peu changé dans l’ensemble.

Canada

L’indice composé S&P/TSX de la Bourse de Toronto a progressé de 1,7 % pour s’établir à plus de 21 100 vendredi, son plus haut niveau en près de quatre semaines grâce aux bénéfices positifs de la Banque Canadienne Impériale de Commerce et de la Banque Nationale du Canada. Les prêteurs se sont joints à la Banque Royale du Canada pour afficher des surprises positives en matière de bénéfices. En outre, les investisseurs ont réagi positivement à la nouvelle de sanctions occidentales coordonnées contre la Russie qui visaient ses banques en les bloquant du réseau mondial Swift et ont laissé son secteur de l’énergie largement intact. Sur le front des données économiques, les chiffres préliminaires ont montré que les ventes en gros ont augmenté de 3,9% par rapport au mois précédent en janvier.

Pour la semaine, l’indice S&P/TSX a progressé de 0,5 %.

D’autre part, le budget du gouvernement canadien est passé d’un excédent de 3,58 milliards de dollars canadiens en décembre 2021, contre un déficit de 16,15 milliards de dollars canadiens au même mois de l’année précédente. Il s’agissait du premier surplus depuis le début de la pandémie en mars 2020. Les revenus ont bondi de 32,4 % en glissement annuel pour atteindre 39,15 milliards de dollars canadiens, tandis que les dépenses de programme excluant les pertes actuarielles nettes ont plongé de 23,6 % à 32,49 milliards de dollars canadiens, ce qui a plus que compensé une augmentation de 17,4 % des charges de dette publique à 2,22 milliards de dollars canadiens.

Les ventes du secteur manufacturier au Canada ont progressé de 3,9 % par rapport au mois précédent en janvier 2022, ce qui indique la plus forte augmentation depuis juillet 2020 et une accélération par rapport à une augmentation de 0,6 % le mois précédent. L’augmentation a été soutenue par la croissance des ventes de machines, d’équipements et de fournitures (8,1 %), de matériaux et de fournitures de construction (13,6 %), d’articles personnels et ménagers (10 %) et de produits agricoles (6,3 %), selon des estimations préliminaires.

Europe

En Europe, les actions en Europe ont chuté alors que l’invasion de l’Ukraine par la Russie alimentait les craintes d’une inflation plus élevée et d’un ralentissement économique. En monnaie locale, l’indice paneuropéen STOXX Europe 600 a terminé en baisse de 1,58 %. L’indice DAX allemand, l’un des plus exposés à la Russie, a reculé de 3,16%. L’indice CAC 40 français a cédé 2,56%, tandis que l’indice italien FTSE MIB a perdu 2,77%. L’indice FTSE 100 du Royaume-Uni a reculé de 0,32%.

L’Union européenne (UE) et le Royaume-Uni ont commencé à imposer des sanctions à la Russie dans le cadre d’une réponse occidentale coordonnée à l’invasion de l’Ukraine. Ces mesures comprenaient des contrôles à l’exportation de certaines technologies et des sanctions financières contre les parlementaires, le ministre de la Défense, les particuliers fortunés et les banques. Le Royaume-Uni a également déclaré qu’il empêcherait les entreprises russes de lever des capitaux en Grande-Bretagne et a interdit la compagnie aérienne russe Aeroflot. L’Allemagne a suspendu l’approbation du gazoduc Nord Stream 2 de Gazprom, qui transporterait du gaz naturel de Russie. Cependant, bien des pays demeurent très dépendants aux exportations provenant de la Russie.

Activités économiques : l’activité économique des entreprises de la zone euro s’est accélérée en février, l’assouplissement des restrictions liées au coronavirus ayant stimulé le secteur des services, selon une enquête d’IHS Markit. Une première estimation a montré que l’indice PMI composite a atteint un plus haut de cinq mois de 55,8, une amélioration par rapport à la lecture de 53,3 enregistrée en janvier. L’augmentation de la demande et la diminution des goulets d’étranglement de l’offre ont également stimulé l’activité manufacturière. Les prix moyens facturés ont grimpé à un rythme record en raison d’une hausse des salaires et des coûts de l’énergie.

Les prix de l’énergie dans la zone euro ont grimpé en flèche au cours de la dernière année :

Au Royaume-Uni : L’activité des entreprises britanniques a rebondi en février après les perturbations causées par la variante omicron du coronavirus au début de l’année, selon les données PMI initiales. L’indice composite de la production au Royaume-Uni a atteint un sommet de huit mois de 60,2, contre 54,2 en janvier. L’activité des services et de l’industrie manufacturière s’est fortement accélérée.

Asie

En Chine, les marchés chinois ont enregistré une perte hebdomadaire alors que le conflit ukrainien a déprimé le sentiment de risque. L’indice composite de Shanghai a chuté de 1,1% et l’indice CSI 300 a perdu 1,6%. Le rendement de l’obligation d’État chinoise à 10 ans est tombé à 2,806% contre 2,814% la semaine précédente.

La Banque populaire de Chine (PBOC) a effectué la plus forte injection hebdomadaire de liquidités en plus de deux ans cette semaine pour maintenir des conditions de liquidité stables vers la fin du mois. La PBOC a injecté un total de 300 milliards de CNY et a maintenu le taux inchangé à 2,1%. Pour la semaine, la PBOC a injecté 760 milliards de CNY sur une base nette – la plus grande offre hebdomadaire en espèces depuis janvier 2020.

Du côté du secteur immobilier, les prix des maisons ont augmenté de 2,3% en janvier par rapport à l’année précédente, le rythme de croissance le plus lent d’une année à l’autre depuis décembre 2015. La Chine semble s’orienter vers un assouplissement progressif du côté du logement, certaines villes réduisant les acomptes pour les premiers acheteurs et les banques d’État réduisant les taux hypothécaires.

Suivi de la COVID-19

Avec la levée progressive des restrictions sanitaires dû à la COVID-19 et la fin du télétravail obligatoire, nous sommes heureux de vous annoncer que nous allons recommencer les rencontres en présentiel si vous le souhaitez.

Vu l’efficacité des rencontres virtuelles et l’autorisation devenu permanente de l’Autorité des marchés financiers, nous allons continuer avec un modèle hybride. Lors des prises de rendez-vous, nous vous laisserons donc le choix entre une rencontre virtuelle et une rencontre en présentiel, selon votre préférence.

Nous vous rappelons que vous pouvez accéder en tout temps à nos disponibilités et réserver une rencontre via notre page Calendly : https://calendly.com/vpelle.

À propos de l’auteur

admin administrator